Bulletin N° 8 - juin 2012
  accès à notre site

Le Groupement forestier s'est doté d'une nouvelle convention d'aménagement forestier

Lors de la dernière assemblée générale du Groupement forestier qui s'est tenue le 13 juin dernier, les membres ont adopté une nouvelle convention d'aménagement forestier qui définit les conditions d'adhésion et de participation à notre coopérative. Cette nouvelle convention remplace automatiquement toutes les conventions d'aménagement antérieures que les membres peuvent avoir signées. Cette nouvelle convention était nécessaire pour assurer à notre coopérative d'être reconnue comme "Groupement forestier" par le ministère des Ressources naturelles du Québec et de continuer à bénéficier de l'aide financière de l'Agence de mise en valeur. Tous les clients non-membres du Groupement forestier seront invités à signer cette nouvelle entente pour devenir membres s'ils veulent continuer à bénéficier de ses services.
 

Une visite de travaux en forêt prévue à l'automne

Le Groupement forestier organise une visite terrain qui aura lieu à l'automne 2012. Lors de cette visite vous pourrez voir divers travaux d'aménagement forestier. Nous vous contacterons prochainement pour vous donner la date exacte et les détails de cette sortie.
 

Un nouvel adminis-trateur sur le conseil d'administration du Groupement

Lors de l'assemblée générale du Groupement forestier coopératif St-François qui s'est tenue le 13 juin dernier, un nouvel administrateur a obtenu un mandat. Il s'agit de Jean-Pierre Bordua d'Ulverton. D'autre part, Paul O'Donnell et Claude Nadeau ont été réélus pour un autre mandat.
 

Le Groupement a planté 228 000 plants ce printemps

Le Groupement vient de terminer son reboisement.228 000 plants ont été plantés ce printemps sur les terrains des membres.
 

C'est le temps de vous inscrire aux formations offertes par le SPBE

C'est maintenant le temps de vous inscrire aux différents cours de formation prévus pour l'été et l'automne 2012. Vous trouverez l'information sur les cours offerts ainsi que la fiche d'inscription dans le document ci-joint. Inscrivez-vous rapidement, car la politique du "premier inscrit, premier confirmé" s'applique et comme par le passé, les groupes sont limités en nombre de participants. Des frais d'inscription s'appliquent.

 

Bertrand Bazin "Sylviculteur émérite 2012"

Le prix « Sylviculteur émérite » est remis chaque année à un propriétaire forestier qui s’est distingué au niveau de l’aménagement forestier de sa propriété.  Bertrand Bazin, des Ferme Bazin de St-Claude, est le septième lauréat à recevoir ce prix.

Bertrand Bazin est impliqué depuis les tous débuts du Groupement dans l’aménagement intégré de ses propriétés. Il en est à la mise en œuvre de son 3ème plan d’aménagement forestier. Sa forêt, qui totalise 240 hectares, a déjà été traitée une première fois et même certains secteurs, une deuxième fois. Depuis 1982, il a reboisé 50 000 plants, éclairci 168 hectares de forêts, creusé plus de 5 000 mètres de fossés de drainage, construit environ 30 kilomètres de chemins forestiers ainsi que de nombreux sentiers de débardage facilitant un accès rapide à sa forêt. Il a réalisé la majorité des travaux lui-même avec ses fils à qui il a transmis l’amour de la forêt. Chaque printemps, il complète ses opérations forestières dans sa cabane à sucre qui compte quelques centaines d’entailles sur chaudière. BRAVO! pour votre beau travail.


Sylviculture - Essences de lumière et essences d’ombre

La lumière est un des facteurs importants qui limitent l’installation et la croissance des différentes espèces d’arbres. Certaines essences ne s’installent qu’en pleine lumière, comme les peupliers, le bouleau gris et les cerisiers. On appelle ces essences des essences de lumière. Ces dernières s’installent généralement dans une friche ou après une perturbation majeure, comme une coupe totale, un feu ou un chablis, parce que les conditions d’ensoleillement y sont maximales. Ces essences jouent un rôle important dans la colonisation des sols dénudés. Elles installent rapidement une couverture végétale favorisant l’implantation d’autres espèces végétales et réduisant l’érosion des sols. Ces essences sont très appréciées comme source de nourriture par plusieurs espèces animales. Ce type de peuplement s’implante d’un seul coup, créant un peuplement homogène d’arbres de même âge et de même hauteur (peuplement équienne).

D’autres essences, appelées essences d’ombre, ont la capacité de s’installer sous couvert ou dans de petites trouées comme l’érable, le sapin, le hêtre, le frêne et le bouleau jaune. Ces essences ont, en général, une plus grande valeur et une plus grande longévité que les essences de lumière. Leur aptitude à se reproduire et à croître sous couvert facilite grandement le renouvellement de ce type de forêt. On peut ainsi retrouver dans un peuplement d’essences d’ombre des arbres d’âges et de hauteurs variés (peuplement inéquienne).


Nature Cantons-de-l’Est et les propriétaires de boisés privés: une collaboration pour la protection des milieux naturels

La conservation des milieux naturels est de plus en plus présente au sein des débats entourant la gestion de la forêt. La conciliation entre la conservation et la foresterie n’est possible que grâce à une collaboration étroite de l’ensemble des parties prenantes, incluant les propriétaires forestiers, leur Groupement forestier et les organismes de conservation.

Nature Cantons-de-l’Est (NCE) est un organisme de conservation des milieux naturels qui œuvre dans le moyen et le haut bassin versant de la rivière Saint-François depuis plus de 10 ans. Connu pour ses actions de conservation et de mise en valeur de la tourbière de Johnville, il a entrepris récemment un projet dans le massif forestier des monts Stoke. NCE est animé par une vision de conservation de la biodiversité qui concilie les différents usages du territoire, dont l’exploitation de la forêt. Sa démarche vise à assurer le maintien du couvert forestier, tout en préservant les milieux naturels d’intérêt pour la biodiversité.

Afin d’atteindre ses objectifs aux monts Stoke, territoire entièrement de tenure privée, NCE s’appuie sur une approche de conservation volontaire. Cette approche est centrée sur le propriétaire, qui participe en tant qu’acteur de premier plan à la conservation des milieux naturels d’intérêt de sa propriété, tout en y maintenant certains usages, comme la récolte de bois. À cette fin, différentes options de conservation sont disponibles, lesquelles peuvent lui permettre de bénéficier de certains incitatifs fiscaux ou d’une diminution de taxes foncières.

NCE peut contribuer à la démarche de tout propriétaire intéressé par la conservation en identifiant les attraits naturels de sa propriété. Il peut également l’informer sur les différentes options de conservation disponibles et le guider dans sa prise de décision. Finalement, sur la base d’une entente, NCE peut aussi coordonner la démarche et soutenir le propriétaire dans les différentes étapes de sa réalisation.

Chaque propriétaire de boisé poursuit ses propres objectifs dans la gestion de sa propriété, mais tous peuvent contribuer significativement à la pérennité du massif forestier des monts Stoke. Pour en savoir davantage, contactez Laura Dénommée Patriganni, chargée de projet, au 819-674-7660 ou à laura@naturecantonsdelest.ca


Traverse temporaire de cours d'eau

Lors de la réalisation de vos travaux forestiers il est important de préserver la qualité de l'eau et protéger les abords de vos cours d'eau. Voici quelques trucs pour mettre en place une traverse temporaire de cours d'eau à peu de frais.

Pourquoi ? : Pour éviter l'érosion des berges et la sédimentation dans vos cours d'eau. Pour protéger les frayères et favoriser le développement des poissons et des organismes aquatiques. Pour protéger les plantes riveraines qui filtrent une grande partie des éléments nutritifs qui autrement viendraient favoriser la prolifération des algues.

Où ? : Localisez un endroit de votre cours d'eau qui soit droit et le plus étroit possible, avec des berges solides en pente douce.

Comment ? : Divers systèmes de traverse existent. Ce peut être des rampes en bois ou en métal qu'on dépose sur des billes de bois placées parallèlement de chaque côté du cours d'eau. Ce genre de traverse peut nécessiter l'utilisation d'un grappin hydraulique pour pouvoir manœuvrer les rampes et les installer. Il est possible également de simplement placer des rondins de bois parallèlement au cours d'eau. Ces rondins doivent être déposés sur 2 à 4 billots de bonnes dimensions placés perpendiculairement au ruisseau et de façon à permettre une libre circulation de l'eau en dessous. Les bouts de ces billots doivent reposer sur des grands troncs placés sur les deux berges afin de prévenir leur enlisement dans le sol. Une fois l'installation terminée, il faut également s'assurer que les traces laissées par la machinerie qui circule sur cette traverse, ne crée pas d'ornières qui risqueraient d'apporter de la boue vers le cours d'eau. Au besoin, détournez l'eau des ornières avant son arrivé au cour d'eau et placer des rondins dans le chemin de halage sur une certaine distance à partir de la traverse pour prévenir l'orniérage.

Une fois les travaux terminés, il faut récupérer cette traverse temporaire et réparer, au besoin, les berges. Pour plus d'informations, consultez la fiche forestière numéro 9 de l'Agence de mise en valeur de la forêt privée de l'Estrie.

   
| Abonnement / Désabonnement | Transmettez-nous vos commentaires | Lire les numéros précédents |