Bulletin N° 7 - mars 2012
  accès à notre site

Accès au site officiel

L'année 2012, année internationale des Coopératives

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a déclaré 2012 l’Année internationale des coopératives afin de sensibiliser l’opinion publique sur le modèle d’affaires coopératif et à accroître la reconnaissance des coopératives auprès des gouvernements.
Le mouvement coopératif et mutualiste représente déjà le mode de subsistance de la moitié de la population du monde. On estime que la coopération est le modèle d’affaires qui connaîtra vraisemblablement le plus grand essor d’ici 2020. C’est dire toute l’importance de permettre aux décideurs et aux personnes d’influence du milieu coopératif de discuter d’enjeux d’affaires actuels et futurs, et de les articuler autour d’initiatives qui favoriseront la prospérité durable. Accès au site officiel.
 

Pour sortir la forêt québécoise de sa misère


L'ingénieur Pascal Triboulot s'est penché sur le cas québécois au cours de la dernière année, à l'invitation de l'Université du Québec à Chicoutimi, en quête d'une voie de sortie à la crise forestière qui frappe le Québec. Son rapport sera remis au ministre fédéral, mais il offre dans une entrevue un résumé de ses conclusions. Selon lui, il manque de formation des ingénieurs sur le matériau bois, l’industrie travaille en silo, il n’y a aucune communication entre les différents secteurs, et le passage à la modernité est bloqué par la vision québécoise d’une industrie de « misère ». Source: Bulletin de veille sectorielle du Service intégré du Bois.
 

Plants disponibles pour le reboisement

Pour le printemps 2012, le Groupement forestier a un surplus d'arbres dans certaines essences. Il vous offre la possibilité d’en obtenir pour certains projets de reboisement que vous pourriez avoir sur votre propriété.
Le Groupement doit rendre compte au Ministère des Ressources naturelles pour l’utilisation de ces arbres, en conséquence il doit s'assurer qu’ils seront reboisés selon certaines spécifications.
Si vous désirez obtenir de ces arbres, veillez contacter Ken Dubé au (819) 845-3266. Certains frais de gestion et de manutention s'appliquent.

 

Le Groupement aide les Scouts de Windsor

Quelques 2 250 arbres seront reboisés dans quelques semaines par les Scouts de Windsor sur une des propriétés possédées par le Groupement forestier. Le Groupement fera l'acquisition des plants et les Scouts bénéficieront d'une aide financière pour ce travail accompli par ses jeunes et ses bénévoles. L'argent amassé servira à soutenir les activités de nos jeunes amants de la nature.
 

Une nouvelle affiche pour faire valoir l'aménagement de votre forêt

Le Groupement forestier a refait ses affiches qui sont apposées sur les bords des propriétés de ses membres. Passez à nos bureaux pour prendre quelques affiches et les placer sur le bord de votre terrain, de façon à faire valoir le bon travail que vous et votre coopérative réalisez dans votre forêt.

 

Un technicien du Groupement sauve la vie d'un membre

Par un froid matin de janvier, Jean-François Paquette, technicien forestier du Groupement, se rendait sur une propriété pour y prendre des données techniques en vue d'une éclaircie en forêt, il fut surpris de découvrir le propriétaire, M. Roger Roy, coincé entre son tracteur et sa souffleuse.

M. Roy était mal en point, avec quelques côtes de cassées. Il était coincé là depuis déjà un bon moment lorsque Jean-François est arrivé. À -20°C c'était une position très dangereuse qu'il n'aurait pu supporter bien longtemps. Il fut donc très soulagé de voir arriver ce bon samaritain. Rapidement, Jean-François a déplacé le tracteur et a aidé M. Roy à regagner sa maison où il a contacté les services ambulanciers. M. Roy s'en est sorti sans trop de dommage et avec beaucoup de reconnaissance pour son ange gardien. Vous pouvez consulter l'article complet que le quotidien La Tribune a consacré à cet évènement.


Une nouvelle convention pour les membres du Groupement forestier

Le Groupement forestier convoquera prochainement les membres à une assemblée générale spéciale pour adopter une nouvelle convention d'aménagement.

Dans le processus de mise en place de la reconnaissance des Groupements forestiers par le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, différentes modifications doivent être apportées au fonctionnement des Groupements de la province pour conformer ceux-ci dans un modèle d’affaires favorisant la vie démocratique et la gestion par les propriétaires forestiers qui sont membres. Le Groupement forestier coopératif St-François étant une coopérative, il rempli déjà facilement plusieurs de ces critères. Toutefois, le ministère souhaite également étoffer davantage le lien contractuel entre le membre et son Groupement en s'assurant que la convention d'aménagement qu'il signe, assure la protection des investissements consentis sur sa propriété par l'État. Un nouveau modèle de convention a donc été élaboré répondant à ces exigences. Ce modèle de convention d'aménagement doit obligatoirement être adopté par les membres afin de permettre à leur Groupement de demeurer accrédité et continuer de recevoir l'aide financière du programme d'aide à la forêt privée.

De plus, tous les clients non-membres du Groupement seront invités à signer cette nouvelle convention et devenir membre s'ils veulent continuer à profiter des services de leur organisme. En effet, à partir du 1er avril 2012, le Groupement sera accrédité seulement pour offrir le programme d'aide à ses membres.

C'est un changement important dans la politique du Gouvernement pour lequel le Groupement est favorable. Ce changement devrait apporter à long terme des bénéfices importants aux propriétaires forestiers qui ont décidé de se regrouper au sein d'un organisme représentatif et voué à l'aménagement durable de leur forêt.


Un film sur la forêt estrienne

L'Association forestière des Cantons de l'Est lançait récemment un documentaire sur la forêt estrienne réalisé par Pierre Javaux et narré par Jacques Thisdale.

C'est un excellent documentaire d'une durée de 33 minutes qui parle de forêt privée. Pour une fois on ne parle pas de forêt publique mais bien de la forêt habitée et possédée par les gens d'ici. On y décrit les différents intervenants qui œuvrent en région. On montre certains types de travaux forestiers. On parle de faune, de milieux sensibles mais aussi de mise en marché et de certification. Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour voir quelques extraits de ce film. Par ailleurs, vous pouvez le commander à l'AFCE. >lien


L'impact d'un printemps hâtif sur nos forêts

Le printemps exceptionnellement chaud que nous connaissons cette année aura-t-il un impact sur nos forêts?

Qui doute encore du réchauffement climatique? Année après année on brise des records de température et ce printemps 2012 figure dans le haut du palmarès. Certains arbres ont commencé à bourgeonner et produire leurs premiers chatons vers le 21 mars. Même les insectes ont commencé à éclore au grand bonheur de nos oiseaux migrateurs qui arrivent de plus en plus tôt chaque année. Les plantes et les animaux ont développé des mécanismes de protection pour s'assurer un bon développement à travers les saisons. Mais qu'arrive-t-il lorsque les saisons sont débalancées?

Sous nos latitudes, le principal mécanisme de protection des arbres contre les rigueurs de l'hiver est le bourgeon. Sous ses nombreuses couches d'écailles et de duvet, le bourgeon protège les tissus délicats qui fourniront les pousses de la prochaine année. À partir du moment où le bourgeon éclot, ces tissus tendres sont exposés aux rigueurs du climat. Le processus d'éclosion des bourgeons est régulé par différents phénomènes comme la photopériode (longueur du jour) et la température. L'adaptation de chaque espèce au froid est très variable. On voit nos trembles, nos saules et nos érables argentés débuter les premiers leurs pousses, alors que les frênes et les chênes sont souvent les derniers à sortir leurs feuilles. Il y a toujours un risque, chaque année, qu'un gel tardif vienne endommager les nouvelles feuilles si celles-ci ont débourrées trop tôt. Malgré tout, si cela arrivait, les arbres auraient la capacité, de produire rapidement de nouveaux bourgeons pour repartir une nouvelle feuillaison. La situation n'est donc pas si catastrophique qu'elle ne le laisse paraître. Ils subiraient au pire un retard de deux à trois semaines sur leur période de croissance. Notez cependant, que les arbres fruitiers n'ont pas la capacité de reformer de nouveaux bourgeons floraux la même année.

En 1980, une période assez longue de temps doux avait eu lieu en février au point que le sol avait dégelé et permis aux radicelles de débuter leur activité. Par la suite, des froids importants, atteignant les -20°C avaient gelé profondément le sol qui était à nu, ce qui avait alors provoqué la mort de milliers de petites radicelles. Or, les radicelles n'ont pas les mêmes capacités que les feuilles à se reproduire. Cette situation bien particulière survenue en 1980 est souvent citée comme étant l'élément déclencheur du dépérissement des érablières dans notre région. Notons, toutefois, que cette année, le temps doux est arrivé à la fin de l'hiver et que les risques de gels sévères et prolongés sont beaucoup moins importants. On ne risque donc pas de revoir le même phénomène se reproduire.

Parfois, il peut arriver que ce genre de situation soit même bénéfique pour la forêt, comme cela est arrivé au Lac St-Jean l'année dernière. Les entomologistes prévoyaient pour cette région, une épidémie de livrée des forêts, une petite chenille très vorace qui défolie les feuillus. Le doux temps du printemps derniers a été assez important pour provoquer l'éclosion de la livrée qui s'est vu anéantir par la suite par un gel sévère. Ainsi, l'épidémie prévue a été complètement éradiquée.

 


Un portrait de l'économie sociale met en valeur le Groupement forestier coopératif St-François

Le 27 mars dernier, avait lieu le lancement d'une analyse portant sur les entreprises d'économie sociale en Estrie.

Les entreprises d'économie sociale appartiennent à une forme d'entrepreneuriat spécifique qui demeure encore trop méconnue et pour laquelle il existe très peu de données. Tout comme les autres entreprises, ces entreprises collectives produisent des biens et des services. Elles sont des entreprises à part entière, qui doivent être viables tout en accomplissant une mission sociale qui constitue leur raison d'être. Ce portrait vise à mieux faire connaître et apprécier les 300 entreprises d'économie sociale qui contribuent à la diversité et au développement local de nos régions. Les entreprises d'économie sociale jouent un rôle important dans le développement des communautés en répondant à des besoins fondamentaux de leurs membres et de la population. Créées par des citoyens prenant collectivement les choses en main pour répondre à des besoins communs, elles inventent de nouvelles réponses aux préoccupations des populations en alliant la rentabilité sociale et économique.

Ce portrait, permet de connaître les entreprises d'économie sociale œuvrant dans chacune des MRC de l'Estrie. Le Groupement forestier coopératif St-François y a une place privilégiée puisqu'une page complète lui est consacrée. >télécharger ce document

   
| Abonnement / Désabonnement | Transmettez-nous vos commentaires | Lire les numéros précédents |