Bulletin N° 20 - juin 2015
Échos de nos forêts
  accès à notre site

Deux nouveaux administrateurs élus

Lors de l'assemblée générale du Groupement forestier coopératif St-François tenue le 10 juin dernier à Windsor, les membres ont élu deux nouveaux administrateurs : Nova Fredette et Gilles Defoy. Deux autres administrateurs ont été reconduits pour un autre mandat de deux ans : Michel Fortin et Pierre Dubreuil. Le Groupement forestier remercie les deux administrateurs sortants; Jean-Guy Lemay et Noël Ménard pour leur contribution très appréciée au conseil d'administration au cours des dernières années.
 

Le Groupement forestier émet 52 000$ de ristourne aux membres

Lors de la dernière assemblée générale, le Groupement forestier coopératif St-François a convenu de distribuer 52 000$ de ristourne à ses membres. La ristourne qu'un membre obtient est fonction de sa participation à l'activité financière de sa coopérative. 216 membres profiteront de cette redistribution d'une partie des surplus de leur coopérative d'aménagement forestier.
 

Planification forestière et fiscale de votre propriété

arbremonaie Comme mentionné dans notre dernière parution, il est possible d'obtenir un remboursement de 85% de vos taxes scolaires et municipales liées à votre boisé.
Le Groupement forestier vous offre la possibilité de planifier sur plusieurs années les travaux vous permettant de maximiser ces crédits de taxes sur votre propriété forestière. Contactez-nous pour réserver une rencontre de planification forestière et fiscale avec l'un de nos représentants (819-845-3266).
 

Infolettres destinées aux propriétaires forestiers

L'Association forestière du Sud du Québec vient de mettre en ligne deux infolettres donnant beaucoup d'informations sur la gestion d'une propriété forestière. La première infolettre traite du pourquoi et comment aménager sa forêt. Elle aborde la question de l'achat, du plan d'aménagement et des programmes d'aides financières existants. La deuxième infolettre traite plus spécifiquement des plantations. Elle aborde les différents traitements associés aux plantations, ainsi que les maladies et les plantes envahissantes les menaçant.
 

Aménagement et conservation : des activités conciliables

Le 26 avril, l’Association forestière du Sud du Québec a donné une conférence lors du Salon de la nature organisé par Action Saint-François. Celle-ci avait pour but de démontrer qu’il est possible d’effectuer de la récolte de bois tout en ayant des objectifs de conservation. Il est même souhaitable de le faire vu les caractéristiques écologiques exceptionnelles du bois en comparaison des autres matériaux disponibles sur le marché.
 

Le Groupe Soucy crée 162 emplois

soucy Le Groupe Soucy, un important manufacturier des systèmes de chenilles d'équipements forestiers, prend de l'expansion à Drummondville et à Sherbrooke, avec l'appui du gouvernement québécois. Au total, 162 emplois seront créés. source : Le Devoir

Nicole Fréchette et Jean-Guy Fréchette "Sylviculteurs émérites 2015"

nicole fréchetteLe prix « Sylviculteur émérite » est remis chaque année à un propriétaire forestier qui s’est distingué au niveau de l’aménagement forestier de sa propriété.  Nicole Fréchette de St-Georges-de-Windsor, ainsi que son père, feu Jean-Guy Fréchette sont les dixièmes lauréats à recevoir ce prix.

Le Groupement forestier rend hommage à un père et sa fille qui ont su, d’une génération à l’autre, perpétuer la tradition du travail en forêt. Le père s’est impliqué pendant 18 années avec le Groupement forestier et sa fille a pris la relève par la suite pour poursuivre l’aménagement intégré de leur forêt. Le père a été l’un des membres fondateurs et l’un des premiers administrateurs du Groupement forestier en 1981.

Sa fille a pris la relève en 1999, après le décès de son père. Deuxième d’une famille de six enfants, c’est elle qui a décidé avec son époux, Sylvain Bresse, de poursuivre le travail de son père et de perpétuer le travail en forêt et dans l’érablière. L’un de ses frères les a également épaulés dans les débuts. Avec la mise en œuvre d’un 3e plan d’aménagement forestier, la quasi-totalité de leur forêt de 31 hectares a été traitée au moins une fois et certains secteurs deux fois. Au début, tout le travail en forêt se faisait avec des chevaux. Aujourd’hui, le VTT a remplacé les chevaux et permet de se rendre partout et de limiter l’impact au sol. Chaque printemps, ils s’activent autour de leur petite cabane à sucre de 300 entailles, héritage du père et du grand-père. Ils font une gestion fine de chaque petit coin de leur forêt en planifiant la récolte et si besoin le reboisement de façon à optimiser la production de tout leur territoire.

Tout au long de ces années, le Groupement forestier les a conseillés et les a accompagnés dans leur bon travail. BRAVO! Nicole et Sylvain pour avoir poursuivi le beau travail de Jean-Guy.


Prévision des prix du bois pour 2015

Le recul sur le marché du bois d’œuvre survenu entre février et mai 2015 nous a laissés perplexes alors que les prix chutaient de 27 %. Cette tendance a, depuis peu, commencé à s'inverser.

Cinq éléments conjoncturels expliquent la chute du prix du bois d’œuvre sur le marché ce printemps, soit une augmentation soutenue de la production des scieries, une augmentation des livraisons de bois d’œuvre canadien sur le marché américain, des mises en chantiers sous les attentes du marché en raison d'un hiver rigoureux, l’affaiblissement de la demande chinoise et finalement, une chute printanière du prix du bois d’œuvre liée à la gestion des inventaires.

Il n’en demeure pas moins que structurellement parlant, le marché du bois d’œuvre demeure en terrain positif. Le rythme des mises en chantiers aux États-Unis reprendra son ascension au cours des prochains trimestres, la demande chinoise ne s’éclipsera pas du jour au lendemain et l’amélioration du marché immobilier stimulera les projets de rénovation.

Les scieries devraient éventuellement avoir de la difficulté à répondre à l'augmentation de la demande anticipée, car les approvisionnements en bois ronds canadiens diminuent et l’on recense présentement peu d’usines en construction. Nous devrions donc assister à une remontée graduelle des prix au cours des prochains mois. Il pourrait se passer quelques mois avant que l'augmentation des prix sur le bois d'œuvre se répercute sur le prix des billots.
Source : Forêts de chez-nous plus - 1 juin 2015


La vérité sur le recyclage du papier

Nous avons presque tous à la maison des bacs de recyclage qui débordent de produits du papier, et vous ne serez probablement pas surpris d'apprendre que le papier demeure la matière que les ménages recyclent le plus.

L'utilisation de matières recyclées pour produire du papier est souvent considérée comme une solution facile sur le plan de l'environnement. C'est certainement le meilleur moyen d'assurer une utilisation optimale des arbres. Mais c'est aussi perçu comme la meilleure façon de réduire au minimum notre impact sur l'environnement. Or, la réalité surprenante, c'est que ce n'est pas toujours le cas.

Voici trois réalités dont il faut tenir compte au sujet du recyclage du papier :

1. On ne peut pas recycler indéfiniment.
En théorie, la fibre de bois peut être recyclée jusqu'à sept fois. Cependant, les fibres perdent chaque fois de leur résistance et deviennent de plus en plus courtes jusqu'à ce qu'on ne puisse plus s'en servir pour produire du papier. Il faut donc inclure une certaine quantité de fibre vierge provenant de nos forêts, sinon, nous risquons de manquer de fibre en seulement quelques mois.

2. La région a son importance.
Idéalement, les matières premières doivent être accessibles à une courte distance de l'usine afin de réduire au minimum les frais de transport et les émissions de combustibles fossiles associées au transport par camion ou par chemin de fer.

La production de catégories de papier recyclé est souvent concentrée dans les installations situées en zone urbaine ou à proximité des grands centres, donc celles qui ont facilement accès aux sources de papier récupéré, tandis que les produits ayant une forte teneur en fibre vierge sont fabriqués dans des usines situées en régions plus éloignées et moins populeuses, près de la forêt.

3. Le recyclage exige de l'eau, de l'énergie et des produits chimiques.
Il faut faire subir un traitement au papier récupéré pour retirer l'encre, les adhésifs, les revêtements et d'autres contaminants. De plus, utiliser de la fibre récupérée pour fabriquer des produits à haut degré de blancheur, comme le papier à photocopie, peut nécessiter des traitements additionnels qui ont un impact sur l'environnement. En général, l'impact environnemental est moindre quand la fibre récupérée sert plutôt à produire des catégories de qualité inférieure comme le papier journal ou le carton pour contenants. Source : Le maître papier


Forum - La forêt estrienne : prendre sa place au quotidien et dans l'économie verte!

Le 11 mai s'est tenu un forum sous le thème La forêt estrienne : prendre sa place au quotidien et dans l'économie verte! organisé par le groupe de travail sur la production de bois et l'aménagement durable des forêts de l'Estrie, qui regroupe plusieurs partenaires du secteur, au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.

Cette activité, qui a accueilli près d'une centaine de participants, avait un but de sensibilisation au fait que le potentiel de la forêt estrienne n'est utilisé qu'à 40 %, dont 32 % pour l'approvisionnement des usines régionales de transformation du bois. À terme, l'objectif est d'atteindre un usage de l'ordre de 60 % de ce potentiel incroyable. D'ici 3 ans, le groupe vise des retombées régionales de 6 millions de dollars et la création de 300 emplois.

Le conférencier principal de l’évènement, monsieur Steven Guilbeault, cofondateur et directeur principal d’Équiterre, a exprimé son point de vue sur la gestion durable des ressources du milieu forestier et sur l’importance du matériau bois dans la lutte contre les changements climatiques. Selon lui, « l’enjeu des changements climatiques est devenu l’une des questions de l’heure et nos forêts font partie de la solution. Elles peuvent contribuer dans des secteurs tels que l’énergie et les transports. »

Outre M. Guilbeault, une dizaine de conférenciers interpelés par le thème du forum ont pris la parole pour discuter, entre autres, de l’importance et de l’impact de la gestion durable de nos forêts sur notre économie. En ouverture, monsieur Bernard Sévigny, maire de la Ville de Sherbrooke, a rappelé que la force de ce forum serait « de mettre en relief la valorisation durable de nos forêts, en prenant en compte à la fois les aspects environnementaux, récréatifs, touristiques, économiques ainsi que les besoins de l’industrie. »

En guise de conclusion, monsieur Sylvain Lemay, président de l’Association forestière du sud du Québec et membre du groupe de travail sur la production de bois et l’aménagement durable des forêts, a rappelé que « les partenaires travaillent en concertation pour que conservation et aménagement puissent faire bon ménage dans un contexte où l’acceptabilité sociale des interventions sylvicoles est omniprésente pour s’assurer de préserver la qualité et la santé des écosystèmes et des paysages ».

   
| Abonnement / Désabonnement | Transmettez-nous vos commentaires | Lire les numéros précédents |